Stone au Rwanda

Projet de développement d’un home pour enfants handicapés mentaux et physiques




Province de Kigali ville. District :KICUKIRO Secteur : KAGASA
Adresse : Centre GAHANGA
Amis des pauvres
B.P. 442 KIGALI
Rwanda
Responsable du centre : Sœur Eméritha NYIRANAYIZEYE
G.S.M. : 0025008891815
Supérieure du home : Sœur Catherine NDUWAMALIYA,
G.S.M. : 002508621337

Ce home pour enfants handicapés est totalement isolé du monde extérieur. Pas d’électricité, pas d’eau courante, ni téléphone. Un grand portail métallique sépare le « jardin » de la voie publique.
Sœur Eméritha, jeune femme très gentille, est responsable du bon ordre dans le centre. Lorsque je l’ai rencontrée, pour la première fois, au mois d’août 2004, elle était impliquée dans le projet depuis seulement trois mois. Ce qui veut dire qu’elle vit, jour et nuit, avec des enfants atteints de différents handicaps lourds. Elle est infirmière diplômée et possède quelques notions de kinésithérapie.
Elle est assistée par deux jeunes sœurs, des postulantes et quelques femmes qui cuisinent.
Ce centre accueille 30 enfants âgés de quelques mois à 18 ans.
Malgré les nombreuses difficultés qu’ils rencontrent tous les jours, ils travaillent avec courage et motivation, tout en restant très accueillant.
Leur confiance et leur croyance en Dieu les rassurent sur le fait que l’aide viendra du seigneur et des blancs.

Problème n°1: L’eau courante

Pendant la saison sèche, à 4 heure du matin, tout le monde se rend à la source (quelques kilomètres) pour remplir des jerrycans. Cela permet aux enfants d’obtenir un minimum de soins d’hygiène.
L’eau doit être dosée et répartie pour la journée, quelques litres pour les biberons, d’autres pour boire pendant le reste de la journée.
Les vêtements sont lavés le moins possible.
Généralement, Il ne reste pas d’eau pour faire le ménage. Ainsi, les dortoirs et la salle de jeux ne sont jamais nettoyés, ni désinfectés. La vaisselle est faite avec du sable (servant de moyen pour récurer) en suite elle est rincée avec un tout petit peu d’eau.
L’après-midi, le même calvaire se répète: aller chercher de l’eau. Il n’y a pas de moyen de transport et donc tout se portent sur la tête.
Ils ont déjà un petit réservoir mais sa capacité est trop petite pour pouvoir tenir toute la saison sèche.

Solution
Un réservoir à eau supplémentaire est une priorité. Les sponsors pour financer la construction sont les bienvenus.
Décembre 2005 ; les commerçants de Houffalize, sous mon impulse, ont participé à un marché de Noël. Ce marché était parrainé par le bourgmestre, le conseil communal et le R.S.I de la ville.
Le bénéfice de cette organisation servira entièrement à ce projet.
A l’occasion du trentième anniversaire de son entreprise, Mr Jean-Marie Lesage organise un dîner de Gala, le premier avril 2006. »Ceci n’est pas un poisson d’avril » Une partie du bénéfice de cette organisation servira aussi pour financier ce projet.
Entre-temps, j’ai examiné la possibilité de mettre une solution à ce problème de base. Les « Ingénieurs sans Frontière » m’ont promis de l’aide à ce sujet.
Mais un premier calcul nous amène déjà à un budget de plus ou moins 10.000€.
Heureusement, il existe déjà un réseau de tuyaux, .donc, il y aura de l’eau pour tout le village.

Problème n°2 : La cuisine
Ce qu’on appelle « cuisine » est en fait un feu de bois ouvert, à l’extérieur, protégé par un petit toit en tôle en cas de pluie. Là-bas, tout est cuisiné dans une grande marmite, car il n’y a ni ustensile pour séparer les différents aliments, ni table, ni même armoire. Il y a un poêle à bois à l’intérieur de la cuisine mais ils ne s’en servent pas car il n’y a pas de cheminée et donc la fumée envahie tout. Quand le repas est prêt, il est partagé dans des gamelles en métal et ils mangent par terre.
Cette nourriture est surtout remarquée par sa carence en viande.
J’avais l’impression que c’était surtout les mouches qui appréciaient le repas. Je ne pouvais m’empêcher d’avoir l’image des dîners que l’on prépare à nos enfants, avec des petites boîtes de viande bien contrôlées. Tout ça servit dans des bols pleins de couleurs, propres, …

Solution
Pour la cuisine, il faudrait des étagères murales, table de travail, armoires fermées pour préserver la nourriture contre les attaques des souris et des rats affamés.
Une cuisinière de type ancien serait une solution, elle pourra être alimentée par les racines des bananiers. Dans ce cas, il faudra également construire une cheminée.
Et bien-sûr que la présence de l’eau est indispensable dans une cuisine. Non seulement pour la nourriture mais aussi pour l’hygiène.
Sr. Emerithe a pu acheter un filtre à eau avec un don de Stone. Après avoir fait bouillir l’eau elle le met dans le filtre pour enlever les impuretés et pour le garder propre et fraîche.

Problème n° 3 : L’électricité

Le soleil se lève à 6 heures du matin et la vie du home commence. A 18 heures, le soleil se couche et quelques minutes plus tard, il fait noir partout. Il y a un seul panneau solaire qui produit encore pendant une heure de l’électricité qui permet d’alimenter une lampe.
Si un accident se produit pendant la nuit, un enfant devient malade ou a besoin des soins, tout doit se faire à la lueur d’une lampe à pétrole.
Les enfants respirent la fumée de ces lampes, la graisse du pétrole provoque des bronchites et des difficultés respiratoires.
Il faut préciser que le pétrole utilisé pour les lampes n’est pas purifié.

Solution
Un générateur électrique serait utile pour éclairer l’établissement durant la nuit.
Je leurs ai laissé une lampe à batterie mais une fois que les batteries seront vides, …
Une lampe rechargeable pourrait être une solution à condition de prévoir de l’électricité pour la recharger !
Stone a pu envoyer de l’argent et Sr. Emerithe a acheté des lampes à batteries rechargeables.
Un générateur ne se trouve pas facilement. Qui pourrait nous offrir cela ?…Et son transport ?
L’acheter sur place est une autre possibilité.Problème n°4 : Absence de téléphone
Si un enfant a besoin d’un médecin d’urgence quelqu’un est obligé de courir de nombreux kilomètres pour trouver de l’aide.
Gahanga est situé loin de la ville, personne ne fréquente cet endroit la nuit. Même Dieu semble l’oublier pendant les heures sombres.
Le G.S.M.ne ne peut pas être utilisé comme solution car il n’existe aucun endroit pour le recharger.

Solution
Ben, mon fils, essaye d’adapter une batterie de G.S.M. afin qu’elle puisse être rechargée grâce à l’énergie solaire. Ainsi, leur petit panneau solaire servira à quelque chose.
Grâce à un don de Stone, elle a pu acheter un G.S.M.
J’ai aussi reçu des G.S.M. par des personnes privées. Maintenant elle peut faire charger une batterie en ville et quand elle passe de temps en temps, elle change de portable. Les cartes téléphoniques sont chères mais elles servent juste en cas d’urgence. Et tout le monde peut lui appeler maintenant. Je me permets parfois de lui sonner pour avoir de ses nouvelles.


Problème n°5 : Les sanitaires
Une petite bassine en plastique sert de lavabo. Il faut limiter la consommation d’eau au maximum. Une toilette n’existe pas dans le home.Solution
Une simple douche doit être possible. Avec un réservoir métallique posé sur une plate-forme. L’eau serait réchauffée par le soleil.
Si vous pouvez nous aider avec des idées, du matériel, …n’hésitez pas. Toutes les propositions sont les bienvenues.Problème n°6 : Personnel soignant
Les sœurs sont tellement occupées, toute la journée, par les différentes tâches ménagères qu’elles n’ont plus beaucoup de temps à consacrer aux enfants.
Les enfants sont en manque d’amour, ils ne reçoivent pas de câlins, on leurs porte peu d’attention, ils n’ont pas de jouet, ni de livre.
Pour autant que leur handicap ne soit pas mental, rien ne les stimule à réfléchir. Personne ne leur apprend les choses essentielles, telles que les couleurs, l’écriture, le calcul ou encore la lecture.
Ils ont un regard vide, ils attendent tous le moment du repas même si celui-ci est pauvre car c’est le seul moment de la journée où il y a de l’action dans l’établissement.
La solidarité est pourtant présente, les plus âgés aident les plus petits.

faire la pâte à crêpes sur la seule table

Solution
Une sorte de tapis de gymnastique facile à entretenir serait idéal.
Certains ateliers de là-bas sont capables de fabriquer ce genre de tapis. Ce serait plus économique que de l’envoyer.
Quelques chaises solides avec accoudoirs car certains enfants ne savent pas se tenir assis. Il faut qu’ils soient soutenus pour manger, par exemple.

Pour les bébés, Maxi-cosi, chaise pour bébé,…serait nécessaires.
Nous sommes partis avec un groupe de jeunes, pendant quelques jours, dans ce home pour enfants. Nous avons joué, chanté, fait des crêpes avec eux. Mais avant tout, nous nous en sommes occupés!!
La lumière qui brillait dans leurs yeux et leur grand sourire n’avait pas besoin de traduction.

 

 

 

Problème n°7 : La surpopulation
Les dortoirs sont pleins, les âges mélangés,…
En dehors d’une moustiquaire verte, toutes les pièces sont blanches, dépourvues de cadre ou de poster, sans jouet et sans place pour une armoire ou une chaise.
Aucun enfant ne possède des effets personnels, même pas un nounours avec qui partager les chagrins.

vue dans un dortoir
Nous cherchons :
o Nounours, poupées, petites voitures, …
o Peintures à l’eau, crayons de couleurs, livres à colorier, draps de couleur,…
o Livres simples et illustrés
o Ballons, …
o Jouets pour bébés
En bref, tout ce qui peut éveiller l’esprit d’un enfant!


Entre-temps, 4 énorme boites sont déjà arrivés chez les enfants. Des nounours, des jouets des petits vélos… La famille De Bakker les à rassembler et remis à neuf. Avec la vente des exemplaires les plus grands, pendant le marché de Noël de 2005 à Houffalize, nous avons financiers les frais de transport. Chaque enfant a reçue son cadeau avec joie.Stone a financier l’achats des tapis lavable pour la salle de séjour et de la couleur pour les murs. Nino, un jeune Allemand, qui faisait son stage comme assistent social restait dans le home lors de ma dernière visite. Il a fait du bon travail en mettant en couleur la salle de séjour et les dortoirs. Ils sont superbe maintenant, avec des dessins sur les murs. Moutons dans les dortoirs des petits, dessins des bandes dessiné pour les plus grands.



Problème n°8 : Discrimination et abandon de l’enfant handicapéEn Afrique, ce sont surtout les pères qui ont honte d’avoir un enfant « anormal ». Par conséquent, les enfants handicapés sont éloignés de la maison familiale. Quand ils arrivent au centre, ils sont souvent déjà dans un état de détresse, voire presque sauvage.
Dans la famille, plus personne ne s’en occupe, la nourriture est donnée aux enfants plus fort, en meilleure santé.
Ils n’ont pas assez d’argent pour payer les soins médicaux. La famille ne participe en rien pour les soins donnés à leur enfant placé.



Les enfants sont heureuse après une les enfants handicapés dans la salle de journées de jeux et des cadeaux séjour.


Problème n°9 : Le menu dépend des dons reçus


Donner à manger dans le seule chaise du home. Les autres enfants mangent à terreHaricots et riz sont les aliments les plus utilisés.
Le petit déjeuner est composé principalement d’une bouillie d’eau avec du sorgho (grain antique) et parfois avec un peu de sucre de canne. Protéine et vitamine sont des mots que l’on connaît très peu au Rwanda.


Solution
Lait en poudre, alimentation pour bébé, préparations vitaminées, calcium,…Toutes alimentations qui se conservent longtemps pourrons être envoyées par « Wereldmissiehulp ». Producteurs, si vous avez quelques produits à offrir ? Là-bas, ils seront très utiles.
Pendant mon séjour, le home a reçu 3 vaches. Quel bonheur d’avoir du lait pour les enfants ! MAIS…elles ne donnaient pas du lait. Peut-être dû au stress du voyage ? Enfin un autre problème qui se pose, nourrie les vaches et les donner à boire pendant la période sèche et les traire bien sûr. Mais à tous problème il y a des solutions. Il est certain que Sr. Emerithe trouvera une solution à ça.



Problème n°10 : Les soins médicaux ou leur absence …
Médicaments et bandages sont impayables. Même le médecin généraliste leurs coûte très cher. C’est pourquoi on lui fait appel que dans des cas exceptionnels. Et malheureusement, il est souvent trop tard, il ne lui reste qu’à constater le décès.

Solution
Les médicaments :
J’ai déjà pu leurs remettre quelques médicaments que des médecins belges m’avaient donnés.
Bandages, produits désinfectants, savons, crèmes de soins, dentifrices, brosse à dents, … ne seraient pas du luxe ! Pensez-y.
Lors de ma visite au home, Sœur Eméritha m’a fait une liste des médicaments qui leurs seraient utiles :
- Médicaments contre les parasites intestinaux,
- Perdolan, Haldol, Riminar Vitamins C, Valium,
- Indocid suppo, Antiépileptique, Motilium
- Tégrétol, Paracétamol Depakin,
Si vous avez des médicaments qui vous encombrent et qui ne sont pas périmés, donnez les aux enfants de là-bas ! (Vous pouvez les apporter à notre adresse).
Peu importe vos dons, qu’ils soient grands ou petits, c’est l’intention qui compte!
don de médicaments et produits d’hygiène et de soins, offert par le service psycho gériatrique de St.-Maarten, Malines
Au mois de novembre, quelques enfants vont être opérés par l’équipe de Médecins sans Vacances. Ces derniers seront assistés par un médecin rwandais, Docteur Emmanuel.
Les radiographies ont été réalisées à l’hôpital de Rilima, pendant mon séjour.
Le dr. Emmanuel avec Sr. Steven à Rilima
Au mois de novembre, quelques enfants vont être opérés par l’équipe de Médecins sans Vacances. Ces derniers seront assistés par un médecin rwandais, Docteur Emmanuel.
Les radiographies ont été réalisées à l’hôpital de Rilima, pendant mon séjour.
Les opérations orthopédiques et les revalidations seront assurées dans le beau centre des Pères Salésiens d’Italie.
Via un premier « appel à l’aide », j’ai déjà reçu du matériels orthopédiques par les mutuelles chrétiennes. Ce matériel a déjà été envoyé au Rwanda.
Les frais pour le traitement médical, le séjour dans le centre de revalidation, les soins et l’habillement des enfants seront assumés par une fédération hollandaise « Liliane fonds ». En ce qui concerne les soins post-opératoires, du personnel choisi suivra des cours spécialisés.
enfant opérer et en revalidation au centre de Rilima.



Les « Médecins sans Vacances » ont réalisés déjà plusieurs interventions pour ces enfants. Pour en savoir plus vous pouvez visiter leur site, www.msv.be .
Stone suit les évolutions de très prêt, et essaye de donner le plus possible de l’aide. Voulez vous soutenir le projet par un don, vous pouvez verser de l’argent sur le compte bancaire : 083-2403870-19 et mentionner RWANDA.
Si vous avez du matériel à disposition, vous pouvez prendre contact avec moi pour arranger un transport. CHAQUE DON EST LE BIENVENU!! MERCI D’AVANCE.
Stone soutient encore des autre projet . Pour en savoir plus, contacter moi par mail : verschueren.monik@caramailmax.com


 

Retour à la page 01

Mentionnez le n°de la photo et envoyez vos commentaires qui seront publiés dès réception.
Email: jml@ardennesmagazine.be.

     

Le guide des bonnes affaires en vente un euro dans les gîtes et les bureaux de S.I.
Levisa.be vous offre également des entrées gratuites dans les plus belles attractions des Ardennes


www.levisa.be


Webmaster : Jean-Marie Lesage
-février 2006
Obtenir une photo originale
Transmettre vos commentaires