LIERNEUX
16ème chapitre de la Confrérie des Saveurs de la Lienne
photos + vidéo



16ème chapitre de la Confrérie des Saveurs de la Lienne
La confrérie "Les Saveurs de la Lienne" avait le plaisir de nous convier à son Seizième Chapitre ce dimanche 18 février 2018 à la salle Horécalienne de Jevigné, route de Manhay n°68, 4990 Lierneux. Cette année la confrérie offrait à la dégustation son premier brassage en avant première. En mars la brasserie sera officiellement ouverte au public.
Pour la 13eme année consécutive, les Chanteurs de Rue animaient ce week-end de fête. Nous avons pour vous sélectionné les meilleurs moments que vous pouvez revivre en vidéo avec le chapitre d’intronisation, et l'ambiance extraordinaire que les chanteurs de rue offraient aux invités.

16ème chapitre de la Confrérie des Saveurs de la Lienne

16ème chapitre de la Confrérie des Saveurs de la Lienne

Présences et intronisations du 16ème chapitre de la confrérie Les Saveurs de la Lienne du dimanche 18 février 2018
Rehaussée par la présence d’une forte délégation française venue des Côtes d’Armor (Bretagne), parmi laquelle l’assistance a pu apprécier l’excellente qualité des prestations de plusieurs chanteurs de rue, le 16ème chapitre de la Confrérie des Saveurs de la Lienne s’est tenu dès 10 h 30 dans les Salons de l’Horécalienne, à Jevigné.
Outre les civils intronisés, et quelques confréries, via un/e de leurs responsables, sont montés sur la scène pour y déguster les produits promus par la société lierneusienne, à savoir la Chaperon (bière), un saucisson d’Ardenne et un fromage, tous à base de myrtilles. Ensuite, après lecture de la charte de la Confrérie locale, ils furent déclarés « Compagnons » des Saveurs de la Lienne par José Michel, grand-maître, qui présidait l’événement.
Le diner qui suivit fut animé par les chanteurs bretons, passés maîtres dans le domaine de l’animation.
Contacts et renseignements : José Michel 080/319234 – Gsm 0495/120455

16ème chapitre de la Confrérie des Saveurs de la Lienne
Cliquez sur la photo de l'album pour découvrir le reportage en photos et vidéo
Cliquez sur une vignette pour voir et agrandir la photo de la vidéo
Cliquez sur la photo pour passer à la suivante
Cliquez sur le lien en haut de la page pour découvrir notre reportage en vidéo


Lien vers les commentaires des lecteurs 2018


 


Video 1


 



Vidéo 2
en cours de chargement

 

 



Quintin, petite ville de 2500 habitants, en Côtes d’Armor.

Cette citée médiévale, avec pas moins de 13 monuments classés, un château du 17ème et 18ème siècle, une formidable épopée de l’industrie toilière, aime faire la fête. Pour preuve, la fête des tisserands (17ème édition), la corrida de Quintin (11ème édition), « les médiévales » et bien sûr le festival des chanteurs de rue (16ème édition).
Le concept est très simple, une dernière fois avant l’hiver, les quintinais fêtent la foire de la Saint Martin (la Saint Martin se fête le 11 novembre).
En 1919, en raison de la célébration de l’armistice, elle n’a plus eu lieu.
En 1993, le comité a décidé de faire renaître la foire à l’ancienne, avec les costumes d’époque.
A cette occasion, un groupe de chanteurs et de musiciens furent invités.
Devant ce succès, l’année suivante, le festival des chanteurs de rue était né.
En plus de la foire proprement dite : un défilé en costume (calèches, vieilles voitures, vieux métiers, confréries, chanteurs, danseurs, musiciens..), la ferme d’antan (ferme pédagogique), artisanat traditionnel, exposition...., on peut suivre les chanteurs qui évoluent dans les rue et sur un podium.
Des chanteurs « IN », sélectionnés officiellement par le comité du festival, concourent pour un prix décerné lors de la soirée de gala pendant que des chanteurs « OFF » animent, pour leur bon plaisir, les rues et la soirée cabaret.

Depuis deux ans, deux nouvelles activités enrichissent le festival : l’école des piafs (tremplin de jeunes talents de 5 à 18 ans) et les bourgeons de poètes (pour les 7 à 18 ans).
Les exposants sont nombreux, et les amis présents.
Quatre chartes d’amitié ont été signées :
En 2002, les compagnons de Montmartre avec le festival des chanteurs de rue.
Ainsi que le syndicat d’initiative de Montmartre avec la ville de Quintin
En 2007, la confrérie des Saveurs de la Lienne avec le festival des chanteurs de rue.
Ainsi que la commune de Lierneux avec la ville de Quintin.


On dit : « le chanteur est un gourmand et plus il boit plus il est content ».
Nous avons fait connaissance en les écoutant chanter et en leur servant nos produits du terroir.
Nous leur avons raconté les confréries et ils ont accepté l’invitation.
Yvon et Gigi, Ricardo, Isabelle et Christian, Roselyne et son Homme, Miss Guinguette et Michel, Nini peau d’Chien, François, Claude Michel et Martial.
Mais aussi André Dumas, auteur compositeur, interprète, et quelques uns de ses compagnons de Montmartre
Ils nous ont conviés à la fête des vendanges de Montmartre. Avec le ban des vendanges, c’est le vin et le goût qui sont mis à l’honneur. Quoi de plus normal d’intégrer ce magnifique défilé de confrères et de chanteurs.

Les compagnons de Montmartre sont une association de loisirs et de solidarité qui compte plus de 80 adhérents. La Chorale des Compagnons forte de 25 choristes, hommes et femmes, présente un répertoire de chansons françaises et d’œuvres originales à raison d’un concert par mois.
Les Compagnons de Montmartre organisent, des festivités tout au long de l’année :
-Une fois par an, leur Salon des Beaux Arts invite des peintres, sculpteurs et photographes dont un invité d’honneur étranger venant exposer pour la première fois à Montmartre.
-Depuis quinze ans, ils organisent la foire aux associations du 18ème arrondissement de Paris qui réunit une quarantaine d’associations avec scène musicale ouverte.
-Ils collaborent, en Biélorussie, à la réalisation d’un festival de jeunes poètes consacré à la mémoire de Tchernobyl.
Ils organisent le festival de Chant Choral et de Musiques du Monde »Montmartre au Chœur », rencontre de 20 chorales qui chantent en divers lieu de Montmartre.
-Montmartre étant situé sur l’itinéraire de St Jacques de Compostelle, il organisent, chaque année, une marche inter Associative et solidaire en compagnie de non voyants et handicapés qui tous parcourent une vingtaine de Kilomètres de la Basilique de St Denys à Montmartre puis jusqu’au sud de Paris en suivant l’itinéraire historique des pèlerins de St Jacques.
« Le chanteur est un gourmand, plus il en a plus il est content »
Nous avons cité Ricardo et c’est de lui qu’il est encore question. On le voit à Quintin, à Montmartre, à Lierneux lors de trois de nos chapitres et pour la Saint André. Quoi de plus normal que d’avoir envie de poser ses valises.
Surtout qu’elle en vaut la peine sa ville, en plus d’une ancienne querelle, entre le curé et le maire de l’époque, digne de celle de Don Camillo et Pepone, qui leur vaut une des seules églises avec, inscrit sur son fronton « République Française », Villedieu, est au plein cœur du Berry, berceau de Georges Sand, Giraudoux.....et à quelques kilomètres des châteaux de la Loire.

Mais un chanteur aime chanter, alors, il a conçu un grand projet. Une rencontre amicale de chanteurs de rue dans un Villedieu qui reprend pour l’occasion ses métiers d’antan. On y retrouve au coin d’une rue un tailleur de pierre, un souffleur de verre, des brodeuses aux doigts de fée, un sabotier.... et bien sûr des produits du terroir dont ils sont aussi fiers que nous des nôtres.
Avec le concours de la municipalité, de l’union d’associations théopolitaines, de Villedieu-animation (crée pour l’occasion) présidée par Bernard Gonthier et des habitants qui n’ont pas hésité à mettre la main à la pâte en costumes d’autrefois. En six mois, les premières Goualantes Théopolitaines voyaient le jour.
Nous étions de cette fête. Aussi, leur accueil plus que chaleureux, leurs pâtés berrichons, leurs fromages en pyramides, la musique...tout nous a conquis et nous y retournerons cette année (le premier W-E d’octobre).
Nous sommes toujours à l’affût de projets tels que celui-ci.
C’est pourquoi nous allons suivre de très près celui de Robert Lemay (ancien président des chanteurs de rue de Quintin). En septembre 2009, il crée l’association « Les cafés chantants d’autrefois » qui a pour objet de redécouvrir et faire revivre la chanson française des années 30.
Les cafés chantants, malheureusement disparus à la fin du 19ème siècle, l’Empire et ses pianos furent remplacés par l’accordéon pour interpréter des chansons éternelles. Des milliers de ces chansons sommeillent dans les cartons et le but de l’association est de les faire ressurgir du passé pour le bonheur de tous. Leur devise : « Pour être heureux....chantez !

Quand l’occasion se présente, nous mettons un artisan à l’honneur.
Ce ne sera pas le cas cette année mais, dans notre menu, nous avons voulu retrouver certains d’entre eux : Les cœurs de Lienne de la boulangerie Bodson, les Kiwis d’Albert Wautelet (grand maître de la confrérie de l’ordre du Malt), ou encore les chocolats du café proposes par Cyrille Chocolat.
Des santons à l’image de notre confrérie sont à votre disposition. Santons de wallonie de Robert Noirhomme présent ici.
Nous saluons ceux et celles que nous n’avons pas pu reprendre dans notre menu : les escargots de « Chez Claudine » ainsi que les truites fumées de l’Aquillienne.

Neuf ans d’existence pour une confrérie, c’est neuf années de rencontres.
C’est en 2001 que quelques gastronomes de Lierneux ont l’idée de créer une confrérie.
Avec le concours de Jean Bogaert, grand maître de la confrérie de la Cloche d’Or de Saint Jacques,
rencontré à la foire de Flöne, la décision est entérinée.
Durant l’année 2002, deux des pionniers de la confrérie se faisaient introniser chez leur parrain à Saint Jacques.
En 2003, à la salle très conviviale des salons de l’Horécalienne, à Jevigné, leur premier chapitre avait enfin lieu.
Coiffés d’un canotier, vêtus d’une chemise claire, d’un gilet vert et d’un nœud papillon rouge, les maîtres gastronomes des Saveurs de la Lienne se veulent garants du terroir.
Pour ce faire, ils choisissent trois produits :
-La Chaperon, une bière à la myrtille
-Un saucisson d’Ardenne aux myrtilles
-Un fromage aux myrtilles affiné à la Chaperon.

La confrérie est aussi là pour promouvoir le tourisme de notre village, Lierneux, et la vallée de la Lienne.
Armés de notre sourire, nous avons visité moult confréries amies, et munis de nos produits, nous avons agrémenté de nos stands des foires et des manifestations de défense du terroir.
C’est ainsi, qu’en 2005, la province de Liège, qui fêtait son 10ème anniversaire de jumelage avec les côtes d’Armor, nous a invités à représenter les confréries à Quintin.
L’aventure française commençait

 



Lien vers le reportage de 2013


Le guide des bonnes affaires
Levisa.be vous offre également des entrées gratuites dans les plus belles attractions des Ardennes



www.levisa.be


Photos & reportage vidéo: Jean-Marie Lesage
18 février 2018
Webmaster: Jean-Marie Lesage
Obtenir une photo originale
Transmettre vos commentaires