ardenne web magazine

Houffalize In memoriam Rene Charles

René Charles vient de décéder ce 18 juin 2019, âgé de 90 ans.
rene charles
Il avait été très affecté par le décès en 2012 de son frère André, prêtre, et celui en 2016 de son épouse Nelly Simon.
De par son ascendance familiale et celle de son épouse, René appartenait aux plus anciennes familles de Houffalize, notamment les Dubru.
Il avait 15 ans quand il vécut le drame le plus important et le plus douloureux de sa vie : la mort de sa mère, première victime des bombardements lors de l’Offensive, en 1944.
Avec son épouse Nelly il formait le couple des meilleurs historiographes de la mauvaise fortune de la ville en décembre 44 et janvier 45 , y compris dans de nombreuses émissions de télévision.
Tout cela a été réveillé dans la mémoire des Houffalois à l’annonce de son décès.
Mais nous voulons évoquer ici un autre pan de sa vie dans la cité.

La fabrique d’église
René Charles fut pendant de longues années président de la Fabrique d’église Sainte-Catherine, à Houffalize

Dommages de guerre
Il prit en charge avec succès de nombreux dossiers des "dommages de guerre", opérations administratives et négociations longues et difficiles avec les ministères, qui ont permis à notre église d'être restaurée dans l'état qui est le sien et dont les Houffalois sont si fiers.
René était particulièrement heureux de la restauration de remarquables peintures des stations du chemin de croix, qui pendant des dizaines d'années paraissait impossible aux yeux des spécialistes, tant ces œuvres avaient été abîmées lors des bombardements.
C'est grâce à l'opiniâtreté bien ardennaise de René Charles que cette restauration fut menée à son terme, 45 ans après leur quasi-anéantissement !
Les stations du chemin de croix, réhabilitées par les mains de l’artiste peintre houffalois, Clovis Grandhenry, ont en effet été apposées au mur de la petite nef à Pâques de 1990.

Messe de minuit du 50e anniversaire en Eurovision
Sous sa présidence de la Fabrique d’église se produisit l’émission de de la messe de minuit en Eurovision, à Noël 1994.
C'est extrêmement rare que la messe de Noël à l'Eurovision soit émise depuis le sol belge.
La circonstance était particulièrement poignante : c’était jour pour jour, ou plutôt nuit pour nuit, le 50e anniversaire des bombardements de Noël de 1944.
C'est dire que l'événement a rassemblé et fédéré la communauté houffaloise tout entière.
Ce jubilé devant la crèche de la Nativité est passée dans l’Histoire de la ville martyre.
Mais il eut également, fait rarissime, un retentissement international, par l’Eurovision. Un symbole fort et émouvant.

René Dislaire © Houffalize, le 20 juin 2019.





 

 

 

 


20 juin 2019
Webmaster : Jean-Marie Lesage

Obtenir une photo originale
Transmettre vos commentaires